logo_CESR

En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l’utilisation des cookies pour permettre à la Région de réaliser des statistiques de visites.

Non, je souhaite En savoir plus

J'ai compris

Cookies

Les cookies sont des petits fichiers texte déposés sur votre terminal (ordinateur, tablette ou mobile) lors de la visite d'un site. Ils permettent de reconnaître un internaute, d'une visite à une autre.


La Région Normandie utilise l'outil Google analytics pour collecter des statistiques anonymes sur l'utilisation du site par les internautes (ex : pages les plus consultées, nombre de visiteurs, navigateurs utilisés, ...). En naviguant sur les sites de la Région, un cookie Google analytics est déposé sur votre terminal.


Les cookies sont gérés par votre navigateur internet (Chrome, Firefox, Internet explorer, Safari…). Vous pouvez désactiver et/ou supprimer les cookies dans les Options/Préférences de votre navigateur. Vous pouvez obtenir de l’aide dans le menu Aide de votre navigateur ou sur son site internet.
+ d’infos : www.cnil.fr

Message

L'avenir européen du GANIL

16 décembre 2002 - Rapporteur : Dominique GOUTTE

Près de vingt ans après son entrée en exploitation, le GANIL est devenu une Très Grande Installation Européenne reconnue internationalement. Il a incontestablement contribué à l'avancement des connaissances dans le domaine de la physique nucléaire et cela, dans un contexte de fortes collaborations internationales. Parallèlement, il a permis le développement d'applications des ions lourds à d'autres domaines de la recherche comme la physique atomique, la physique de la matière condensée, la chimie sous rayonnement et la radiobiologie. En ce sens, le GANIL intéresse également des domaines d'applications incluant de nombreuses thématiques de recherche qui concernent d'importants défis posés à nos sociétés contemporaines comme la gestion des déchets radioactifs ou encore la radiothérapie par particules lourdes.

Cependant, pour conserver à moyen et long termes sa place de leader en physique nucléaire, de nouvelles évolutions apparaissent indispensables. SPIRAL, accélérateur d'ions exotiques mis en service en 2001, s'inscrit d'ailleurs déjà au cœur de l'évolution de la recherche nucléaire pour les 10 - 15 ans à venir.

C'est pourquoi, sur saisine du Président du Conseil Régional, le CESER a étudié les développements envisageables à moyen et long termes du Très Grand Équipement dans un contexte européen affirmé en abordant les conditions nécessaires pour leur concrétisation.

Ainsi, le Projet SPIRAL II est la prochaine grande étape technique et scientifique à privilégier. Outre les avancées significatives attendues, la reconnaissance du GANIL permettra à la France de conserver le rang qui est le sien et de pouvoir se positionner en Europe pour l'accueil, à plus long terme, d'une machine de très haute intensité : le projet EURISOL.

Synthèse/avis du CESER
Rapport du CESER